vendredi 26 janvier 2018

Une lueur d’espoir dans leur parcours tourmenté

Après le succès du projet expérimental Pilot déployé auprès de 200 migrants en provenance de Calais, l’Afpa, soutenue par les ministères de l’Intérieur, du Travail et du Logement a lancé le programme HOPE (Hébergement Orientation Parcours vers l'Emploi) destiné aux réfugiés. Objectif ? Faciliter leur intégration dans la société française et leur insertion dans l’emploi.
Neuf migrants réfugiés accueillis l’an dernier dans les locaux de l’Afpa de Chevigny-Saint-Sauveur ont signé mercredi 24 janvier un contrat de professionnalisation vers les métiers du bâtiment, en présence de Christiane Barret, préfète de région Bourgogne-Franche-Comté et des instances du Geiq (Groupement d’employeurs pour l’insertion et la qualification) et du BTP Bourgogne.
Cette signature marque l'aboutissement de la première étape de leur parcours dans le cadre du programme Hope et le début d'une insertion professionnelle dans le secteur du bâtiment.
Durée du contrat de professionnalisation : 6 mois, du 15 janvier au 15 juillet 2018.

Nombre d’heures de formation : 517
Objectif du contrat : intégrer une entreprise pour développer des compétences.

Le groupe de réfugiés avec Christiane Barret, préfète de la région BFC et Bernard Laborey,
président de la Fédération française du Bâtiment (photo M. Baverel)




A l’image de Ali Ishaq Mohammed qui vient du Soudan et se lance dans une formation de plaquiste, tous ont subi la dure expérience de l’exil.

« J’ai dû donner 250 dollars au passeur pour la traversée en bateau de Libye en Italie en 2015. Ensuite, passage par la « jungle » de Calais pendant trois mois et accueil à Chevigny en 2017. Ma femme est restée au Soudan je ne sais pas dans combien de temps elle pourra venir me voir, ni même si elle pourra. J’ai même perdu mon alliance pendant la traversée en bateau. »

Ali Ishaq Mohammed (photo M. Baverel)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire